TOXINE BOTULIQUE

La toxine botulique est utilisée en médecine esthétique sous forme d’injections pour le traitement des rides d’expression du visage : rides horizontales du front, rides du lion et de la patte d’oie. Elle permet d’obtenir un effet de rajeunissement par diminution de la tension musculaire ainsi qu’un effet préventif et protecteur contre le vieillissement.

TOXINE BOTULIQUE QU’EST-CE QUE C’EST ?

Historique :

La toxine botulique provient de la culture d’une bactérie nommée Clostridium Botulinum. Le principe actif est la neurotoxine purifiée de type A. Celle-ci est utilisée depuis 30 ans en neurologie et ophtalmologie à des fins médicales (dystonie cervicale, strabisme, blépharospasme…). Depuis 2003, les autorités françaises chargées du contrôle des médicaments ont délivré une autorisation de mise sur le marché (A.M.M.) pour la toxine botulique en médecine esthétique. Les doses de toxine botulinique en médecine esthétique sont très faibles comparées à celles utilisées en thérapeutique.

Mécanisme d’action :

L’objectif des injections de toxine botulique en médecine esthétique est de traiter les rides d’expression tout en gardant la mobilité du visage. Ces rides naissent de la contraction répétée des muscles peauciers (sous la peau) lors des expressions du visage (émotions, langage).

Chez les sujets jeunes, la peau retrouve un aspect lisse après chaque contraction des muscles. Avec le temps, la peau perd son élasticité et finit par garder la marque des plis lors des expressions du visage (rides dynamiques). Par la suite, les rides vont progressivement se creuser entraînant une cassure au niveau du derme qui persiste au repos (rides statiques).

La toxine botulique provoque temporairement le relâchement des muscles peauciers en bloquant la libération de l’acétycholine au niveau de la jonction neuro-musculaire. La peau collée au muscle se détend et les rides s’effacent.

En savoir plus

L’acétylcholine est un neurotransmetteur qui permet de propager l’influx nerveux du nerf au muscle entrainant la contraction musculaire. Le mécanisme d’action de la toxine botulinique de type A sur les terminaisons nerveuses cholinergiques peut être décrit par un procédé séquentiel en quatre temps :

• Liaison : la chaîne lourde de la neurotoxine botulinique de type A se fixe avec une sélectivité et une affinité exceptionnellement fortes aux récepteurs cholinergiques.

• Internalisation: invagination de la membrane nerveuse terminale et encapsulation de la toxine dans la terminaison nerveuse (endocytose).

• Translocation : la fonction amine terminale de la chaîne lourde de la neurotoxine forme un pore dans la membrane de la vésicule ; le pont disulfure est rompu et la chaîne légère de la neurotoxine passe à travers ce pore dans le cytosol.

• Inhibition : lorsque la chaîne légère est libérée, elle clive de façon très sélective la protéine cible (SNAP 25) qui est indispensable à la libération d’acétylcholine.

Le rétablissement complet de la fonction motrice/conduction nerveuse après injection intramusculaire intervient normalement en l’espace de 3 à 4 mois, lorsque les terminaisons nerveuses se régénèrent et rétablissent leurs connexions avec la plaque motrice.

Rides du tiers supérieur du visage – au repos

ZONES TRAITABLES

Rides horizontales du front

Elles sont liées à la contraction du muscle frontal, seul muscle élévateur des sourcils, lors des mouvements d’écarquillement des yeux ou de surprise.

Rides du lion

Elles se situent au niveau de la glabelle et se présentent sous la forme de rides verticales entre les sourcils. Elles sont liées à la contraction du muscle corrugator lors du froncement des sourcils pour exprimer un mécontentement ou une réflexion.

Elles sont parfois associées à une ride horizontale intersourcilière secondaire à la contraction du muscle procerus.

Rides de la patte d’oie

Elles se forment au coin des yeux et sont liées à la contraction du muscle orbiculaire des paupières lors du sourire ou du rire.

DEROULEMENT DE LA SEANCE

Evaluation personnalisée

Une première consultation avec l’un de nos médecins expert est réalisée de façon systématique avant toute injection de toxine botulique.

Le médecin élimine les contre-indications au traitement (pathologies neuro-musculaires comme la myasthénie, grossesse et allaitement, hypersensibilité à la toxine botulinique de type A) et effectue un examen attentif du visage.

Des photographies sont également prises au repos et en dynamique afin de compléter l ‘analyse des expressions faciales qui sont propres à chaque patient, tout comme les irrégularités et les problèmes de symétrie du visage. Ces clichés permettront de comparer l’évolution avant/après et serviront de référence dans le temps.

La séance d’injections de toxine botulique

Après avoir démaquillé et désinfecté la peau du visage, le médecin dessine les points d’injections au niveau des zones à traiter avec un crayon dermographique.

Les injections sont ensuite réalisées à l’aide d’aiguilles très fines, à quelques millimètres de profondeur (dans les muscles peauciers). Elles sont habituellement peu douloureuses. Une pommade anesthésiante peut être appliquée avant l’injection afin de rendre le traitement plus confortable.

Chacune des injections de toxine botulique est réalisée avec une quantité de produit infime et adaptée à chaque patient, en fonction notamment de la puissance musculaire, afin d’éviter l’aspect « figé ».

Les suites sont habituellement simples et passagères (gonflement, rougeurs ou ecchymoses). Les patients peuvent reprendre une activité normale après la séance. Il est recommandé de ne pas faire de sport intensif ni de s’allonger pendant les 2 heures qui suivent les injections. Il convient également d’éviter les manipulations du visage ou les massages appuyés pendant les 24 heures suivant la séance pour éviter la diffusion de la toxine botulique et la survenue de complications.

RESULTATS INJECTIONS TOXINE BOTULIQUE

Les premiers effets des injections de la toxine botulique sont visibles au bout de quelques jours et sont optimaux quinze jours après la séance. La peau est plus lisse et les rides s’estompent. Le visage perd son caractère sévère et fatigué tout en gardant sa mobilité naturelle.

Le résultat obtenu après la première séance dure en moyenne 3 à 6 mois (en fonction de la réaction des patients à la toxine). L’effet sera plus long après plusieurs séances (6 à 8 mois voire plus). En effet, le patient va progressivement perdre l’habitude de contracter les muscles à l’origine de ses rides. Il ne s’agit en aucun cas d’une « paralysie » ou d’une destruction musculaire.

Il convient cependant de respecter un intervalle minimum de 3 mois entre les séances afin d’éviter un effet d’accumulation de la toxine botulique dans les zones traitées ou d’accoutumance.

En cas de rides très marquées, le traitement par toxine botulique peut être complété par des injections d’acide hyaluronique. Le fait de détendre le muscle avant de combler les plis très profonds prolonge l’effet de l’acide hyaluronique.

Les injections de toxine botulique peuvent également être débutées vers 25 ans à visée préventive pour retarder l’apparition des rides d’expression. Une séance par an est généralement suffisante dans cette indication.

Vous désirez en savoir plus sur nos techniques ?